vanille de Madagascar

La vanille de Madagascar face à une nouvelle réglementation concernant le taux de nicotine

Depuis quelques années, les autorités malgaches font de leur mieux pour redresser la filière vanille de Madagascar. Mais, les normes d’exigences ne leur facilitent pas la tâche. Alors qu’on se bat pour faire augmenter le prix à l’exportation, l’Union européenne sort une nouvelle mesure. Elle concerne notamment le taux de nicotine contenu dans les bourbons. Le point. 

De la nicotine dans 60 % de vanille de Madagascar 

On parle d’une nouvelle mesure. Mais, cette règle, concernant la présence de nicotine dans certaines denrées alimentaires, existe depuis plusieurs années. Cependant, la commission en parle aujourd’hui à cause des résultats des tests sur la vanille de Madagascar. Il semblerait que 60 % d’entre les bourbons en contiennent. Et, le taux dépasserait le maximum autorisé par les normes européennes. La nicotine serait détectable.

Au début du mois d’août 2023, le représentant du ministère des Affaires étrangères, le ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation ainsi que le ministère de l’Agriculture et de l’élevage avaient eu une réunion avec le Commissaire européen pour la Santé et la Protection des Consommateurs. Ce rendez-vous avait pour but de négocier l’avenir de la filière sur le marché international. 

Une nouvelle réglementation de la part de l’Union européenne qui impacte sur l’avenir de la filière

Face à la situation, la Commission européenne a décidé de l’avenir de la vanille de Madagascar sur le plan international. Les producteurs et les autorités locales ont jusqu’en janvier 2024 pour redresser la barre. Le cas échéant, le bourbon pourrait être banni du marché européen. Et, c’est l’un des plus gros importateurs de cette gousse. 

Pourtant, au cours du mois de septembre dernier, ce taux maximum de nicotine contenu dans les gousses de vanille peut avoir été remanié. En effet, les pays membres de l’Union européenne peuvent chacun soumettre une nouvelle limite maximale résiduelle dans la vanille. On aura la réponse en janvier 2024. 

vanille-de-madagascar.com

De nouvelle mesure imposée par les autorités locales pour relever la qualité de la gousse de vanille 

Mais, les autorités malgaches ne pensent pas se laisser faire. Elles ont mis en place le « task force ». C’est un groupe composé du représentant des 3 ministères susmentionnés. Il a pour objectif de négocier avec la Commission européenne. En effet, la mesure annoncée par cette dernière ne reposerait sur aucun fait scientifique. Elle n’a pas écouté les parties concernées. Et, elle n’a pas présenté le résultat desdits tests. 

En plus, la Task Force tente de négocier la mise en application de la mesure. Elle souhaite formuler une demande de tolérance pour l’importation de la vanille de Madagascar et la mise en application d’un taux plus élevé de LMR. 

De la nicotine dans la vanille : mais pourquoi ? 

L’information étonne les non-initiés. Mais, la vanille de Madagascar présente bien de la nicotine sous forme de sel. C’est d’ailleurs le cas de toutes les gousses venant des autres pays du monde. C’est facile à consommer. Cela provient des traitements anti-insectes et moisissures que les producteurs utilisent sur leur plantation. 

Face à cette nouvelle mesure de la Commission européenne, les pratiques des agriculteurs malgaches doivent donc être revues. Il faut revenir à des produits plus bio et respectueux de la nature. Et, ils devront éviter de les appliquer directement sur les plantations de vanille, mais plutôt sur le sol. Cela évitera de les récupérer en même temps que les gousses et de les broyer avec les plants de vanille. De quoi réduire le taux de nicotine présent dans les bourbons. 

Des mesures s’imposent pour revoir la qualité de la production. Pour cause, les résultats des demandes de la task force auprès de la commission sont incertains. La question étant : qu’en est-il des produits déjà en stock ?